Les connectiques vidéo sur PC

A peine vous avez déballé votre nouvel écran qu’un premier dilemme se présente : quel câble vidéo utiliser ? Voici donc un article vous permettant de vous éclairer sur la chose en vous expliquant les avantages et inconvénients de chacun. 🙂

VGA :

Commençons par le plus ancien, le VGA (ou D-SUB). Celui-ci est généralement de couleur bleu avec deux vis de chaque coté pour le maintenir à la prise sur votre machine (PC, télé, vidéo-projecteur, …). Il possède 15 broches et peut monter jusqu’à une résolution de 2048 par 1536 avec une fréquence de 85HZ. Le format de vidéo transmis est analogique (comme pour les cassettes vidéo et la prise péritel sur les anciennes télés).

Un port VGA avec ses 15 broches et ses deux écrous de maintien.

Avantage :

Son principal avantage est de par son ancienneté, il est disponible sur de très nombreux appareils. En effet, il est apparu en 1987 (soit presque au début de l’informatique chez les particuliers !) et il est devenu le standard pour toute sortie vidéo sur PC.

Le VGA, un bon vieux dinosaure dans le monde de l’informatique 😉

Inconvénients :

Forcément, étant aussi ancien, il ne permet pas de profiter des dernières technologies. A commencer par sa résolution maximum qui ne le permet pas d’être utilisé sur un écran 4K ou avec un format en 21:9 (résolution de 2560 par 1080 comme au cinéma). De plus, la longueur et l’épaisseur du câble joue grandement sur la qualité sur de « grandes résolutions ». Mais de façon générale, la qualité de l’image en VGA sera de moins bonne qualité qu’avec les autres connectiques.

Aussi, il ne permet de transporter de son car il ne fait que de transmettre une source vidéo et non audio (donc « exit » les enceintes intégrées à un écran 😉 ).

 

DVI :

Passons ensuite à son successeur, le DVI. De couleur blanche, il a comme son prédécesseur deux vis pour le maintenir au système. Il est le successeur du VGA (il est apparu en 1999) et à la particularité de pouvoir transmettre un signal analogique mais aussi numérique.

Avantages :

Pour cela il est décliné en plusieurs versions selon l’utilisation souhaitée. Le DVI-D transporte un signal numérique tandis que le DVI-I transporte lui un signal numérique et analogique. Ce dernier vous permet donc donc d’utiliser un écran HDMI ou VGA via un simple adaptateur.

Connecteurs DVI en version Single-Link.

De plus, les versions Dual-Link permettent de monter à des résolutions allant jusqu’à 2560 par 1600 à 60HZ (compatible donc pour du 21:9) tandis que le Single-Link monte jusqu’à du 1920 par 1200 à 60HZ.

Connecteurs DVI en version Dual-Link.

Il est surtout utilisé dans le milieu professionnel notamment dans le traitement d’image car il gère bien mieux les différents modes de couleur sur un écran que d’autres connectiques. Et dans le monde du gaming, il permet d’être branché sur des écrans 144HZ (un sacré avantage pour une connectique vielle de 18 ans !).

Inconvénients :

N’étant plus tout jeune, le DVI présente certaines limitations. Comme par exemple le faites qu’il n’est pas possible de le brancher sur un écran 4K (en théorie cela est possible, mais les constructeurs d’écrans 4K ne l’intègre pas dans ces derniers et la fréquence maximale serait de 30HZ soit beaucoup trop basse pour jouer dessus correctement).

De plus, comme le VGA, il ne transporte qu’un signal vidéo et aucun signal audio ou Ethernet. Il commence également à ne plus supporté les derniers formats de couleurs proposés par les derniers standards.

 

HDMI :

Passons maintenant au roi de la connectique vidéo actuelle, le HDMI. Ce dernier est sortie en 2002 et à la particularité d’être le seul à ne pas avoir de système lui permettant d’être maintenu à un appareil. En forme de trapèze, il bien moins encombrant que le DVI et le VGA. Il transporte avec lui un signal numérique exclusivement.

Avantages :

Ce dernier c’est très vite imposé comme le nouveau standard vidéo car il permet de transporter une source vidéo mais aussi audio et Ethernet (ce dernier permet à un lecteur Blu-ray par exemple de partagé sa connexion internet évitant ainsi les câbles supplémentaires. Elle s’appelle la fonction HEC). De plus, il est décliné en de nombreux connecteurs ( 5 dont 3 courantes : HDMI, mini-HDMI et micro-HDMI) et versions.

Selon la versions utilisées, il peut monter jusqu’à une résolution 4K à 60HZ. Il supporte également la 3D en 4K et jusqu’à 32 canaux audio (type studio d’enregistrement). Toutes ces caractéristiques sont disponibles à partir de la version 2.0 du HDMI (avant sur la norme standard 1.4, nous sommes limité à une résolution de 1920 par 1080 à 120HZ ou de la 4K à 30HZ et de la 3D en 1080p). Pour plus de détails, toutes les versions avec leurs caractéristiques se trouve ICI.

De plus, avec la fonction CEC, il est possible d’utiliser la télécommande de sa télé pour contrôler le lecteur DVD ou inversement. Pas de problèmes au niveau de la version puisque cette fonction existe depuis la version 1.0 (soit quand le HDMI est sortie 😉 ).

Inconvénients :

Le principal inconvénient se trouve au niveau de son tarif. En effet, plus vous aurez besoin de longueur, plus le prix sera élevé. Et quand je parle de prix élevé, il n’est pas rare de voir des câbles HDMI à plus de 300€ (le prix d’une télé déboursé uniquement dans un câble de 15 mètres ! ). De plus, le signal se perd rapidement en fonction de la longueur. Même avec un câble plaqué OR (bling,bling 😉 )le signal et la qualité ne changerons pas. Donc essayez de rapprocher le plus possible vos appareils et prenez le câble HDMI le moins cher (un câble à 2€ aura le même résultat qu’un câble de 25€ de même longueur).

Vas-y, achète mon câble à 300€ !

DisplayPort :

Et terminons par le dernier arrivé, le DisplayPort (ou DP). Sortie en 2008, il tend à remplacer les autres connectiques.

Un câble DisplayPort avec son système de fixation pratique.

Avantages :

C’est simple, le DisplayPort regroupe tout les avantages des précédentes connectiques ainsi que d’autres qui lui sont propre : support jusqu’à la résolution 8K à 60HZ (7680 par 4320 tout de même !), chiffrement du contenu transporté (que ce soit une vidéo ou de l’Ethernet), support de tous les formats de résolution utilisés à ce jour (16:10, 16:9, 21:9, 4:3, …) le rendant compatible avec le VGA, HDMI et DVI via un simple adaptateur et compatibilité avec la 3D en 4K. Bref, il ne lui reste plus qu’à se qu’il fasse le café et il serait parfait 😉

Inconvénient :

Bien sur, il y a tout de même un petit problème. Étant une technologie assez récentes et le nombres d’écrans compatibles avec cette connectique moins nombreux que les autres connectiques, le prix de ses câbles reste tout de même assez élevé (environ 20€ comme prix d’entré de gamme ! ). Comme pour le HDMI, prenez le câble le moins chers que vous pourrez car ses caractéristiques au niveau de son signal et sa qualité sont identiques au HDMI.

Vous savez à présent les différentes connectiques disponibles sur PC et il ne vous reste plus qu’à choisir celle qui vous convient le mieux  ! 🙂

Cet article vous a plu ? Des suggestions à faire ? N’hésitez pas à vous exprimez dans les commentaires ! 🙂

Source de l’image d’illustration

Di Gallo Pierre

Passionné par le monde de l'informatique et du mobile, je partage mes connaissances sur mon site dgpinformatique.fr . Je travaille à coté en tant que technicien helpdesk.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. wallace dit :

    Super article très explicite
    Bravo au redacteur

Laisser un commentaire :)